Kenya : la seconde mort des étudiants de Garissa

Je suis scandalisé, outré, révolté par le manque d’humanisme et de compassion de la communauté internationale depuis jeudi. Un lourd bilan : 148 morts à l’université de Garissa au Kenya, dont 142 étudiants, tous tués par un groupe terroriste somalien (les shebabs) parce qu’ils étaient chrétiens. L’événement a suscité un peu de réactions, mais pas d’émotion, pas de véritable indignation, pas de réelle mobilisation internationale. Rien de comparable à l’hommage qui a suivi ce qui s’est passé récemment en France après la tuerie de Charlie Hebdo (10 morts) ou à Tunis après le massacre du musée de Bardo (20 morts). Où sont les indignés ? Où sont les humanistes ? Il est clair qu’aujourd’hui en restant muet, indifférent sans condamner avec énergie ce qui s’est passé au Kenya, on tue une deuxième fois les étudiants de Garissa. On les tue à nouveau, on les humilie en restant silencieux. Certes, sur les réseaux sociaux quelques personnes expriment leur solidarité au peuple kényan et à la communauté universitaire de Garissa, cela est-il suffisant ?Kenya Violance

Si ce massacre avait eu lieu ailleurs qu’en Afrique, il y aurait forcément eu des émissions 24/24, des milliers de personnes auraient porté des tee-shirts « je suis Garissa » : rien de tel pour les victimes de Garissa. On n’a pas vu les présidents, surtout africains participer à la grande marche organisée au Kenya. Où étaient-ils ? Beaucoup d’entre eux étaient présents lors de la marche contre le terrorisme à Paris en janvier dernier.

Au regard de ce qui se passe, je constate qu’on s’indigne de manière sélective, on hiérarchise les morts. C’est peut-être dur de le reconnaître, c’est peut-être risqué de l’affirmer, c’est pourtant vrai. Cette mobilisation internationale au rabais n’est-elle pas due au fait que les victimes sont des Africains ? Cette question m’amène à penser qu’il existe une certaine géopolitique de l’émotion. Une géopolitique qui rendrait d’autres personnes plus importantes que d’autres.

The following two tabs change content below.
BIRWE Habmo
Passionné par la coexistence pacifique des hommes et la promotion des valeurs de paix, je pense que la compréhension mutuelle est la voie royale pour un monde juste, un monde convivial, un monde qui procure espoir et bonheur à tous. Optimiste quant-à l'avènement d’une planète paisible, j'aime l’écriture et le journalisme en particulier. J'écris pour conscientiser, pour éduquer mais aussi pour m'évader....! Mes textes sont une invitation à la rencontre et à la compréhension mutuelle. C'est un blog qui voudrait promouvoir l'harmonie entre les hommes de toutes les nationalités et de toutes les cultures. Derrière c'est blog, il y a donc une idée, un projet et une personne: moi.

5 réflexions au sujet de « Kenya : la seconde mort des étudiants de Garissa »

  1. Je crois que le principal problème est que les Africains se désintéressent eux même de ce massacre … Différents mots-clics ces dernières années, nous ont démontré que nous pouvons obliger les médias à traiter d’un sujet. Donc, nous sommes TOUS responsables à notre niveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *